CASA FELICE - POUR LES FUMEURS

Marques de cigarettes non testées sur les animaux :

Pueblo, Che, Yuma, Manitou et Fleur de Pays ne pratiquent pas de tests sur les animaux, et n'ont aucun additif. 

BOYCOTTEZ AMERICAN SPIRIT => cette marque appartient a R..J. Reynolds ( comme Camel et la société de production Santa Fe natural tobacco company ), et BENSON DORÉES (Phillip Morris).

Papier pour cigarette à rouler

Aleda : Feuille 100/100 végétales

 

 

Le tabac a systématiquement été testé sur les animaux. Des chiens, des primates, des cochons d’inde, des hamsters, des lapins, des moutons, des poulets, entre autres, ont dû subir – et subissent – des tests ininterrompus et jusqu’à la mort.

Pourtant ils n’inhalent pas naturellement de la fumée. Les tests utilisent donc des ventilateurs mécaniques, des masques, tout cela pour aboutir à une seule chose : le tabac ne donne pas le cancer à ces animaux, donc le tabac ne donne pas le cancer. Voilà comment l’expérimentation animale, fraude scientifique, sert les intérêts des industries.

Des intérêts énormes et en conflit avec la santé des gens. Aujourd’hui, selon les chiffres de l’OMS (Organisation Mondiale de la Santé), 5 millions de personnes meurent chaque année en raison du tabac; 65 millions de personnes en sont mortes depuis 50 ans.

Ce qui n’est pas très étonnant, vu que la fumée et les cigarettes contiennent plus de 5.000 composants, dont certains sont très dangereux pour l’organisme : le cyanure, l’arsenic, le méthanol, goudron, monoxyde de carbone et bien sûr la nicotine. C’est la nicotine qui provoque l’accoutumance; elle passe en 7 secondes dans le cerveau et est absorbé à 90% par le sang.

Des chiens à qui on met des électrodes sur le pénis pour voir les effets des cigarettes, des tests sur des foetus de primates… une barbarie inutile à la base et le fait qu’elle continue montre à qui elle sert idéologiquement, et non pas soi-disant scientifiquement.

Source: Animal Destiny

Joe Camel (le chameau des pubs Camel, N.d.T.) n’est pas le seul animal fumeur. Depuis des décennies, les expérimentateurs ont pratiqué à répétition des tests inhumains et illogiques sur des animaux pour observer les effets du tabac. Bien que les animaux n’absorbent pas ou n’inhalent pas de tabac de leur propre chef en temps normal, des chiens, des primates, des cochons d’inde, des hamsters, des lapins, des moutons, des poulets et d’autres animaux ont été mutilés, bombardés de nicotine et forcés à inhaler de la fumée. Les chiens par exemple, sont contraints à inhaler de la fumée de cigarette par le biais de ventilateurs mécaniques. Dans une expérience, on ouvre un orifice dans la gorge de beagles et on leur fait respirer d’importantes concentrations de fumée de cigarette pendant des années. Au cours d’autres expériences, on insère également des électrodes dans le pénis des chiens pour voir comment influe la fumée de cigarette sur leur fonctionnement sexuel. On attache des masques sur le museau de souris et de rats avec une pompe qui leur souffle de la fumée directement dans es narines. Les singes rhésus sont maintenus sur des chaises, avec des appareils introduits dans la tête, et exposés à la nicotine et à la caféine pour déterminer la façon dont cette substance affecte leur respiration.

Aucune des innombrables expériences sur animaux a réussi à démontrer le lien entre tabagisme et cancer du poumon (Lancet, 25 juin 1977). Ce qui fut pendant des années un fantastique alibi pour l’industrie du tabac : « Si les animaux n’ont pas de cancer par le tabac, alors il n’y a pas de preuve que le tabac cause le cancer ».

 

smokmonkey

Pendant que vous lisez ceci, dans le Centre Regional de Recherches sur les Primates de l’Oregon (Oregon Regional Primate Research Center ORPRC), de l’Université de la Santé et des Sciences de l’Oregon, des femelles primates enceintes sont confinées dans de petites cages à barreaux métalliques pendant que leurs fœtus sont exposés à la nicotine.Eliot Spindel, expérimentateur dans ce centre, à reconnu que les « effets délétères de la consommation de cigarette pendant la grossesse sont tous bien établis. » Cependant, son étude de 5 ans pendant laquelle il tuera des bébés singes et dissèquera leurs poumons sera financée grâce à l’argent des impôts 2004. L’ORPRC, ce centre fameux pour la création de ANDI, seul survivant de 40 embryons implantés chez des singes rhésus afin d’essayer de créer un bébé singe avec un gène de méduse, reçoit 15 millions de dollars en provenance des impôts fédéraux chaque année, pour soumettre environ 2500 primates à une variété d’expériences cruelles.

Matt Rossell, ancien technicien affecté aux primates chez ORPRC, est l’un des plus importants critiques du centre. Rossell a travaillé chez ORPRC pendant plus de deux ans et a été responsable du bien être psychologique des primates. Selon lui, les techniciens du laboratoire commettaient fréquemment des erreurs, comme injecter des produits au mauvais singe, les mettre dans des situations inconfortables, de stress, et qui donc produisaient des données incorrectes. Rossell est  » convaincu qu’aucune recherche scientifique ne pourrait sortir de là « .

Argent ensanglanté

En dépit des souhaits des votants de l’Oregon et de la richesse des données qui prouvent que la cigarette est nocive pour les personnes, OHSU recevra 200 millions de dollars de plus pour élargir son programme de recherche, Cet argent fait partie de l’accord multi étatique établi en 1998 stipulant que l’industrie du tabac a payé à l’Oregon un montant initial de 27,5 millions de dollars et 96,3 millions selon plusieurs critères.

L’accord monétaire sur le tabac a été destiné au remboursement du public pour les impôts investis dans le financement de la santé publique des personnes touchées par des maladies liées au tabagisme. En novembre 2000, les votants de l’Oregon ont fait échouer deux propositions de dépenses des paiements effectués dans le cadre de l’accord sur le tabac car peu ou pas d’argent supplémentaire avait été assigné à la prévention du tabagisme.

Les entreprises du tabac et les agences gouvernementales financent également des expériences sur les animaux concernant le tabac. Selon le docteur Neal Barnard, président du Comité pour une Médecine Responsable (Physicians Committee for Responsible Medicine PCRM), L’Institut National de la Santé (National Institutes of Health-NIH) a financé en 1996 123 permis totalisant 28.099.418 dollars pour la recherche sur la fumée de cigarette ou la nicotine. Un total de 40 % des permis impliquait des expériences sur les animaux pour lesquelles le gouvernement a gaspillé 10.276.391 dollars.


smokingchicken

En France

Le nombre d’animaux mourant dans d’atroces souffrances des suite de la vivisection est estimé à plus de 7 millions.

 

chienscigares

 Source: réVéGez vous !